La nudité dans la mythologie chrétienne

La nudité dévoilée

 La nudité de Noé rappelle celle d’Adam et Ève dans le jardin où elle joue un rôle important. Avant de manger le fruit, l’homme et la femme sont tous les deux nus, sans en avoir honte. Après en avoir mangé, la première chose dont ils se rendent compte est leur nudité, et ils se cachent l’un devant l’autre.

Dans la symbolique du jardin, la nudité est un signe de vérité et de transparence. L’homme et la femme sont l’un devant l’autre tels qu’ils sont, ils ne cachent pas leur fragilité.

La nudité de Noé n’est pas de l’ordre de la transparence, c’est une nudité découverte, usurpée, dévoilée. Entre la nudité d’Adam et Ève, et celle de Noé, il y a le même rapport qu’entre la confiance et le voyeurisme, l’amour et la pornographie, le don et le vol.

S’offrir à l’autre, dans la fragilité et la nudité de son corps, est une marque de confiance et d’amour ; mais dévoiler la nudité de son prochain, en ignorant sa pudeur, est une offense coupable et humiliante.

Extrait de l'ouvrage d'Antoine Nouis "De Noé à Babel" paru aux éditions Empreinte temps présent

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés